Mandela Day

C´est le titre de la chanson composée par le groupe Simple Minds à la sortie de prison de Nelson Mandela. Après l´hommage planétaire rendu à Nelson Mandela, on peut s´interroger sur ce qui constituela grandeur de cet homme. En quoi Nelson Mandela est-il devenu un acteur du changement opéré en Afrique du Sud ? Lui qui a d´abord eu une vie clandestine de résistance au régime d´apartheid avant d´être emprisonné pendant plus de 27 ans pour devenir le premier président noir de l´Afrique du Sud. Ce formidable destin est d´abord lié à son intelligence politique. Si les photographies de ses dernières années reflètent un sourire apaisé d´un homme qui a accompli sa mission première, le contraste est saisissant lorsqu´on s´attarde tant soit peu sur les photographies prises dans les années 1950 lorsqu´il embrassait la carrière d´avocat pour défendre les injustices criantes commises par le régime en place. Le souci, la préoccupation, la tristesse prédominaient. Nelson Mandela est devenu très tôt un militant de la cause des sud-africains noirs acculés dans les maigres portions accordées par les Blancs, les Bantustans, soit 14% du territoire pour 86% de la population. La misère, les faibles ressources frappent ainsi la grande majorité du peuple sud-africain. Mandela se constitue plusieurs réseaux dans les mouvements sociaux de l´époque avec des contacts entretenus avec quelques opposants blancs du régime en place. Les actions de désobéissance civique augmentent[1], elles attirent des sympathies distantes des régimes occidentaux et des liens avec les pays communistes qui voient en Mandela l´un des chantres de la lutte antiimpérialiste et anticolonialiste en Afrique du Sud. Il doit se défendre en montrant que la charte de la liberté adoptée en 1955 (Freedom charter)[2] ne vise pas l´instauration du socialisme mais énonce une alternative sociale au régime de l´apartheid.

Mandela a en même temps des positions plus radicales que la direction de l´African National Congress qu´il juge trop timorée et corrompue, il fait le choix de la résistance et n´hésite pas à se prononcer pour la lutte armée car selon lui, on ne peut rien obtenir du pouvoir politique le plus raciste au monde. Son action est clandestine et il voyage dans de nombreux pays africains pour bénéficier d´un soutien plus large et accentuer l´isolement international du régime d´apartheid. Oliver Tambo est l´un des compagnons de lutte[3], il retrouvera Nelson Mandela seulement une trentaine d´années plus tard à Stockholm. Avec son emprisonnement commence une longue période de réflexion où Mandela est en contact avec quelques figures de proue de l´émancipation du peuple sud-africain. Il est difficile à mon sens d´affirmer que la prison a fonctionné comme un lieu favorable à la réflexion fondamentale sur l´avenir de la nation, mais elle a permis à l´homme de prendre davantage de recul et de donner une signification plus symbolique à son combat. Mandela n´acceptera d´ailleurs sa libération qu´à certaines conditions. À sa sortie de prison, il va dépasser le sentiment de ressentiment pour négocier avec le pouvoir blanc. Malgré les pressions et les assassinats, Nelson Mandela joue ainsi un rôle majeur dans la suppression de ce régime social inhumain. Le pays est au bord du chaos avec l´assassinat de Chris Hani, l´un des leaders de l´émancipation sud-africaine très proche de Nelson Mandela. Nelson Mandela a ainsi pu avoir une constance dans ses négociations politiques pour devenir le premier président noir d´Afrique du Sud et pour n´y faire qu´un seul mandat et laisser le soin à ses successeurs (Thabo Mbeki et Jacob Zuma) de diriger le pays. Il a réalisé l´union symbolique du pays en allant par exemple féliciter personnellement l´équipe de rubgy des Springbox 1995 qui est un sport blanc.

Ce qui suscite l´admiration dans ce personnage, c´est qu´il résiste au mythe parce qu´il a justement su s´effacer au profit d´autres personnalités pour l´avenir de son pays. On peut saluer chez lui les valeurs profondes, le sens de l´action politique et de la négociation. S´il a une dimension symbolique, à aucun moment il n´est tombé dans le piège de la prédication religieuse. Mandela est un formidable passeur et son exemple demeure beaucoup trop rare dans les transitions politiques actuelles.


[1] On peut citer la Defence campaign de 1952. Sten Rylander, Nelson Mandela, Lund, Historiska Media, 2012, p. 53.

[3] Sten Rylander, Op. Cit., p. 37.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>