Archives de l’auteur : gerardwormser

arc-en-ciel sur Veliko Tarnovo (Bulgarie) (ph. GW)

Un siècle débordé – suite

Utilisée par Bernard Frank (1929-2006) pour intituler l’ouvrage dans lequel il évoque (en 1970) l’époque de bouleversements qu’a connu sa famille, l’expression « Un siècle débordé » peut faire sourire. Ce titre est à présent daté : qui l’emploierait aujourd’hui passerait pour naïf. S’étonner d’avoir perdu le contrôle valait encore vaguement voici cent ans – mais écrire « A la recherche du temps perdu » relevait cependant déjà du défi. « La nostalgie n’est plus ce qu’elle était », constatait Simone Signoret dans les mêmes années. De nos jours, la gestion du temps fait l’objet d’apprentissages formalisés et certaines chaînes commerciales utilisent les données à leur disposition pour empaqueter des commandes qui n’ont pas encore été passées : on apposera une étiquette au moment voulu pour l’expédition.

Au moment du décès de l’auteur, Philippe Lançon eut ces mots dans Libération : « Des années 50 aux années 90, Frank est le premier chroniqueur français des époques qu’il traverse. Il l’est au sens le plus libre et le plus classique : de livres en articles, ses textes ne sont qu’une conversation unique et ininterrompue avec le temps, les souvenirs, les lecteurs, ses éditeurs, l’éphémère, le durable, les plaisirs et les jours, et d’abord avec lui-même »1. Les blogs ont pris le relais des chroniques. Celui-ci s’attachera à ce qui se cherche dans les transformations en cours de nos vies. Bien des signes changent de sens et les langues mutent : les verbes y abondent et chassent les adjectifs.

Georges-Arthur Golschmidt nous disait récemment à quel point il était difficile pour le traducteur bilingue qu’il est de faire passer en allemand ce qu’il avait d’abord formulé en français : non tant que les attentes des lecteurs diffèrent, mais parce que l’allemand présente sous forme de devenir ce que le français nomme de manière substantive. Il s’agit donc d’une question de transposition. Sous cette enseigne, nous pouvons commencer, non sans disposer d’un viatique : les textes parus depuis dix ans sur le site de Sens public2 ont initié ce travail dans la diversité des thèmes et des écritures, par l’ouverture internationale, les rencontres variées et l’évidence d’une recherche fondée sur la mise en commun d’expériences en première personne. Il s’agit bien là d’un instrument pour ne pas céder à l’urgence et tenir un cap – dussions-nous remonter au vent. Ainsi équipés, nous pourrons décrire quelques points de rebroussements et autres figures du temps, ouvrir des dialogues, affirmer des choix.

Ainsi celui d’ouvrir sur l’image de Veliko Tarnovo, au coeur de la Bulgarie, un jour d’arc-en-ciel : un clin d’oeil à notre vieille Europe.

1http://www.liberation.fr/culture/2006/11/06/bernard-frank-mort-chronique_56408

2http://sens-public.org/